Palais d'Hiver




L’Ermitage avec un guide francophone

4 heures


Week-end à Saint-Pétersbourg lors des Nuits Blanches



Nuits Blanches : une semaine romantique



Ermitage et Palais Youssoupov autour des canaux

le Palais d'hiver depuis la Neva

Ermitage Saint-Pétersbourg. Faits intéressants

L’un des incontournables de Saint-Pétersbourg est sans doute l’Ermitage. Chaque année, des foules de touristes font la queue pour voir les célèbres collections de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Le Palais d’Hiver étant autrefois la résidence d’hiver officielle de la famille impériale de Russie, compte aujourd’hui plus de trois millions d’objets d’art. Au fil des ans l’Ermitage a pu recevoir ses légendes extraordinaires, faits intéressants et histoires uniques. Voici une petite liste des faits que vous ne saviez pas sur l’Ermitage :

En savoir plus


Palais d'hiver

Les couleurs du Palais d’Hiver

Très peu de gens le savent, mais la couleur d’origine du majestueux Palais d’Hiver n’est pas le bleu clair, comme nous le pensons tous. En effet, il arborait à l’origine, une couleur plutôt ocre.

Cet édifice fut jadis, le lieu d’habitat des différents empereurs et impératrices, il témoigne aujourd’hui de la splendeur de son histoire. En effet, le Palais d’Hiver aura été repeint huit fois et à chaque fois dans une couleur différente.

Les changements extérieurs de la façade du bâtiment n’ont commencés qu’après le violent incendie de 1837. Auparavant, seule la couleur du toit avait été modifiée : elle est devenue plus rouge.

Puis, dans la seconde moitié du 19ème siècle, sous Alexandre II, les façades du palais vont, petit à petit, changer de couleur. L’ocre va s’accentuer et va couvrir chacune des façades.

Ainsi, lorsque Alexandre III lui succède, la couleur ocre sera encore plus accentuée, en raison des pigments rouges plus riches, qui y seront ajoutés.
Plus tard, sous Nicolas II, le Palais d’Hiver revaît une couleur rouge brique lorsqu’il se retrouve plongé en plein cœur de la révolution d’octobre de 1917, une couleur aussi vive que celle présente sur le drapeau Bolchevik.

Puis, de nouvelles transformations eurent lieu toujours au niveau des façades de l’édifice, mais le palais a rencontré une tempête qui a menacé ces transformations et en a profité pour altérer les nouvelles peintures de la demeure : la lisse façade rouge brique est devenue un gris granuleux, puis gris-brun quelques années plus tard. Après tous ces changements, une tentative de repeindre l’extérieur du palais à l’aide d’une peinture à huile, fut vaine. Plus tard en 1940, cette peinture fut retirée sur demande générale à cause des effets néfastes qu’elle provoquait. Le Palais arborait alors une couleur plus terne lors de la deuxième Guerre Mondiale.

Après la guerre, la commission des architectes a proposé la repeinte entière du Palais d’Hiver en bleu émeraude et en y ajoutant des colonnes, des cadres de fenêtres, des ornements… de couleur blanche.

Depuis ces temps là, les façades extérieures restent inchangées. Ainsi, les nouvelles générations ne connaissent pas la véritable histoire des façades extérieurs du Palais d’Hiver.

Aujourd’hui il abrite une partie du célèbre musée de l’Ermitage qui comprend une collection impressionante d’objets et d’oeuvres d’art en plus du palais richement décoré. À  visiter en été comme en hiver !

 

En savoir plus